Cadre de vie

Direction de l’Urbanisme, de l’Aménagement et du Renouvellement Urbain
Hôtel de Ville
13 rue de Rigny
03.83.63.76.37
urbanisme@mairie-toul.fr

Reconquête du centre ville

LA RECONQUÊTE DU CENTRE MÉDIÉVAL DE TOUL : 5 QUESTIONS AU MAIRE

  • Monsieur le Maire, la requalification du Quartier Croix de Metz est une réussite unanimement saluée par ses habitants. Qu’en est-il du centre-ville médiéval ? L’opération portée avec l’ANRU a offert un nouveau visage à la Croix de Metz, après plus de 45 millions € investis. Depuis, une autre évidence s’est imposée : les efforts de rénovation urbaine doivent désormais se concentrer sur le centre ancien. Après de nombreuses tentatives auprès de différents Ministres depuis 2014 pour que Toul intègre un programme national, nous avons dû nous résoudre à agir par nos propres moyens locaux, les dispositifs nationaux ayant été considérablement réduits. Après plus de 2 ans de préparation, le Conseil Municipal a approuvé à l’unanimité, le 26 juin dernier, un ambitieux programme de reconquête du centre médiéval, faisant de ce quartier la priorité du mandat en terme d’aménagement urbain. Il s’agit d’un effort de longue haleine, car cette réalisation devra s’étaler sur 10 ans au minimum.
  • Quel périmètre est concerné ? Et quels sont les objectifs du programme voté ? Le périmètre prioritaire est le centre historique ancien de Toul, où l’architecture médiévale verticale se mêle à l’étroitesse des ruelles. Ce précieux héritage, et la présence de bâtiments exceptionnels comme la Cathédrale Saint Etienne ou la collégiale Saint Gengoult, sont à l’origine de la protection du quartier au titre des Monuments Historiques. Pour une plus grande efficacité, nous avons choisi de prioriser principalement notre action au secteur composé des rues des Tanneurs, de la Monnaie, du Murot, Benoit Picard et de la Petite Boucherie. Le plan actionne 3 grands leviers : l’habitat, le cadre de vie et l’attractivité touristique et commerciale.
  • Concrètement, comment se traduisent vos objectifs en matière d’habitat ? Nous voulons mettre fin à la présence de bâtiments dégradés en accompagnant techniquement et financièrement la rénovation d’immeubles, mais aussi lutter contre la vacance et réintroduire de la mixité sociale dans ce quartier. De nombreux immeubles du centre ancien sont inoccupés, abandonnés ou insuffisamment entretenus. Il faut inciter et soutenir efficacement leur réhabilitation, comme cela a déjà été engagé grâce au dispositif « OPAH-RU » (Opération Programmée pour l’Amélioration de l’Habitat) en cours, qui devrait être reconduit pour 5 ans. Nous avons de beaux exemples en la matière, comme la superbe réhabilitation de la rue des Tanneurs. Le programme d’aides à la rénovation des façades « Couleurs de Quartiers », qui rencontre un franc succès, a également été enrichi pour accueillir de l’art urbain sur les façades d’immeubles des Toulois intéressés. En parallèle, nous voulons diversifier les logements mis sur le marché, avec de grands appartements pour les familles, des logements adaptés aux personnes à mobilité réduite ou vieillissantes, ou encore des logements destinés à la primo-accession pour les jeunes ménages. Chacun doit pouvoir trouver le domicile qui lui convient en centre-ville ! Le but est de garantir le bien vivre ensemble en centre ancien, à travers un parcours résidentiel adapté à tout public, toute situation et à tout âge.
  • Et concernant le cadre de vie ? Nous allons consacrer un budget annuel conséquent pour améliorer les voiries qui le nécessitent. A l’image des rues du Général Foy ou Traversière du Murot récemment rénovées, l’objectif est de mieux adapter le centre-ville aux différents modes de circulation. Ces travaux seront également l’occasion de repenser les espaces publics et notamment d’élargir les trottoirs. Ils s’accompagneront systématiquement d’une remise en état et d’un renouvellement des réseaux enterrés et aériens, en lien avec la Communauté de Communes Terres Touloises et le Syndicat des Eaux du Coeur Toulois. Nous concentrerons aussi les efforts sur la végétalisation de notre centre urbain trop minéral, en fleurissant les pieds de murs, mais aussi en créant de vastes réservoirs de biodiversité, comme l’illustrent le parc de l’Hôtel de Ville et sa Roseraie et le futur Jardin des Contreforts, à l’arrière de la Cathédrale.
  • Comment comptez-vous renforcer l’attractivité de Toul ? Penser la ville de demain implique de renforcer son attractivité commerciale. En travaillant avec la Chambre de Commerce et d’Industrie, nous poursuivons la dynamique initiée avec le « FISAC » (Fond d’Intervention pour les Services, Activités et Commerces) qui a permis en 10 ans, la rénovation de plus de 100 locaux et vitrines de commerces. Nous avons bien sûr pour ambition de faire rayonner encore davantage l’exceptionnel patrimoine toulois et le tourisme qui en découle. Au-delà de tout ce qui est déjà réalisé actuellement en matière d’animation culturelle et touristique, cela se traduira par notre candidature au Label Ville d’Art et d’Histoire, ou encore par un projet de création d’ateliers et galeries d’artistes dans le coeur médiéval, qui valoriserait à la fois notre patrimoine et nos talents locaux.