Famille - Solidarité

Contactez votre médecin pour toutes questions liées à votre santé ou celle de vos proches !
En cas d’urgence, de malaise ou de difficultés respiratoires importantes, appelez le 15.
Si vous êtes sourds ou malentendants, faîtes le 114.
En cas de situation d’enfance et adolescence en danger, appelez le 119.
Si il y a violences conjugales, appelez le 3919.
Le numéro du SAMU Social est le 115.

CENTRE DE VACCINATION DE TOUL :
Rue de Hamm
03.83.85.13.00

COVID-19

Adoptez les gestes barrières simples pour se protéger soi et protéger les autres afin de limiter la propagation du virus.

  • Porter un masque dans tous les espaces publics clos
  • Se laver les mains régulièrement ou utiliser une solution hydro alcoolique
  • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
  • Se moucher dans un mouchoir à usage unique puis le jeter
  • Eviter de se toucher le visage
  • Respecter une distance d’au moins un mètre avec les autres
  • Saluer sans serrer la main et arrêter les embrassades

JPEG - 132.2 ko

JPEG - 703.9 ko

Depuis le 9 août, le « pass sanitaire » est obligatoire

Depuis le 30 août 2021, le « pass sanitaire » est rendu applicable aux personnes et aux salariés qui interviennent dans ces lieux, établissements, services ou événements.

Depuis le 30 septembre 2021, le « pass sanitaire » est obligatoire pour les mineurs âgés de 12 ans et deux mois à 17 ans.

Le « pass sanitaire » consiste en la présentation, numérique (via l’application TousAntiCovid) ou papier, d’une preuve sanitaire, parmi les trois suivantes :

  1. 1. La vaccination, à la condition que les personnes disposent d’un schéma vaccinal complet et du délai nécessaire après l’injection finale, soit :

7 jours après la 2e injection pour les vaccins à double injection (Pfizer, Moderna, AstraZeneca) ;
28 jours après l’injection pour les vaccins avec une seule injection (Johnson & Johnson) ;
7 jours après l’injection pour les vaccins chez les personnes ayant eu un antécédent de Covid (1 seule injection).

  1. 2. La preuve d’un test négatif de moins de 72h (ou 48h pour les tests antigéniques pour les voyages vers certaines destinations, comme la Corse, les collectivités d’outre-mer et l’Union européenne)

Tous les tests RT-PCR, antigéniques et désormais les autotests sous la supervision de professionnels génèrent une preuve dès la saisie du résultat par le personnel de santé dans SI-DEP, qui peut être imprimée en direct pour les tests antigéniques et les autotests sous supervision de professionnels de santé et qui est également mise à disposition du patient via un mail et un SMS pour aller la récupérer sur le portail SI-DEP. Sur TousAntiCovid, l’importation de la preuve dans l’application est à la main du patient.

Les délais en vigueur pour la validité des tests (72h ou 48h selon les cas) sont stricts au moment de l’entrée sur le site de l’évènement.

Dans le cas des voyages vers la Corse, les collectivités d’outre-mer et les pays de l’Union européenne, les autotests sous la supervision de professionnels ne sont pas recevables. Seuls les tests RT-PCR et/ou antigéniques sont acceptés.

  1. 3. Le résultat d’un test RT-PCR ou antigénique positif attestant du rétablissement de la Covid-19, datant d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois.

Concernant le contrôle à l’entrée des lieux précités, les agents de la Ville ont signé un ENGAGEMENT DE CONFIDENTIALITE (voir ci-dessous).
Ainsi les agents de Ville s’engagent à ne pas outrepasser les règles du décret du 21 juillet 2021 concernant l’accès aux évènements et lieux soumis au pass sanitaire.
La Ville reste à disposition des usagers souhaitant davantage d’informations concernant le contrôle des passes sanitaires.

Le « pass sanitaire » est exigé depuis juillet dans les établissements et les rassemblements où le brassage du public est le plus à risque sur le plan sanitaire, à savoir :
- chapiteaux, salles de théâtre, salles de spectacles sportifs ou culturels, salles de conférence ;
- salons et foires d’exposition ;
- établissements de plein air y compris les parcs zoologiques, d’attractions et à thème
- stades, établissements sportifs, piscines, salles de sport ;
- casinos, salles de jeux et « bowlings » ;
- festivals assis / debout de plein air ;
- cinémas et théâtres ;
- monuments, musées et salles d’exposition ;
- bibliothèques, médiathèques (hors bibliothèques universitaires et spécialisées, BPI) ;
compétitions sportives ;
- autres événements, culturels, sportifs, ludiques ou festifs, organisés dans l’espace public ou dans un lieu ouvert au public et susceptibles de donner lieu à un contrôle de l’accès des personnes ;
- établissements de culte pour les évènements ne présentant pas un caractère cultuel
- navires et bateaux, de type navires de croisière ;
- discothèques, clubs et bars dansants ;
- fêtes foraines, à partir d’un seuil de 30 stands ou attractions.

Depuis le 9 août, le « pass sanitaire » est étendu :
- aux activités de restauration commerciale (bars et restaurants, y compris sur les terrasses), à l’exception de la restauration collective ou de vente à emporter de plats préparés, de la restauration professionnelle routière (sur la base d’une liste validée par arrêté préfectoral) et ferroviaire, du room service des restaurants et bars d’hôtels et de la restauration non commerciale, notamment la distribution gratuite de repas ;
aux séminaires professionnels. Pour ces derniers, un seuil à 50 personnes continuera de s’appliquer, et l’application se fera uniquement si ces séminaires ont lieu en dehors du site des entreprises ;
- aux services et établissements de santé et médico sociaux pour les personnes accompagnant ou rendant visite aux personnes accueillies dans ces services et établissements (à l’exception des établissements et services médico-sociaux pour enfants, ou des résidences autonomie). Cette obligation sera levée évidemment dans toute situation d’urgence, ou pour la réalisation d’un test de dépistage. Aussi, les personnes qui ont un soin programmé à l’hôpital devront se munir d’un « pass », sauf décision contraire du chef de service [ou autre autorité] si l’exigence du « pass » est de nature à empêcher l’accès aux soins du patient dans des délais utiles à sa bonne prise en charge ;
- aux déplacements de longue distance par transports publics interrégionaux, sauf en cas d’urgence faisant obstacle à l’obtention du justificatif. Cela concerne donc les vols intérieurs, trajets en TGV, Intercités et trains de nuit et les cars interrégionaux non conventionnés. Les autres modes de transport, notamment transports en commun, sont exclus de l’application du « pass » ;
- aux grands magasins et centres commerciaux de plus de 20 000 m², sur décision du préfet du département, lorsque leurs caractéristiques et la gravité des risques de contamination le justifient dès lors que l’accès à la vente de biens et services de première nécessité aux alentours est possible. Le contrôle sera fait à l’entrée du centre commercial, et non au niveau de chaque enseigne dans le centre. À compter du 8 septembre, le « pass sanitaire » ne sera plus obligatoire dans les centres commerciaux des départements où le taux d’incidence est inférieur à 200 / 100 000 et en décroissance continue depuis au moins 7 jours.

ENGAGEMENT DE CONFIDENTIALITE POUR LES PERSONNES AYANT VOCATION A MANIPULER DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL
En application de la loi du 6 janvier 1978 modifiée relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, au règlement général sur la protection des données du 27 avril 2016, ainsi qu’à la loi du 20 juin 2018, l’agent en charge des contrôles du « pass sanitaire » s’est engagé à prendre toutes précautions conformes aux usages et à l’état de l’art dans le cadre de ses attributions afin de protéger la confidentialité des informations auxquelles il a accès, et en particulier d’empêcher qu’elles ne soient communiquées à des personnes non expressément autorisées à recevoir ces informations.
Les principaux engagements de l’agent :
-  Ne pas utiliser les données auxquelles il peut accéder à des fins autres que celles prévues par ses attributions ;
-  Ne divulguer ces données qu’aux personnes dûment autorisées, en raison de leurs fonctions, à en recevoir communication, qu’il s’agisse de personnes privées, publiques ou morales ;
-  Ne faire aucune copie de ces données sauf à ce que cela soit nécessaire à l’exécution de ses missions ;
-  Prendre toutes les mesures conformes aux usages et à l’état de l’art dans le cadre de ses attributions afin d’éviter l’utilisation détournée ou frauduleuse de ces données ;
-  Prendre toutes précautions conformes aux usages et à l’état de l’art pour préserver la sécurité physique et logique de ces données ;
-  S’assurer, dans la limite de ses attributions, que seuls les moyens de communication sécurisés seront utilisés pour transférer ces données ;
-  En cas de cessation de ses fonctions, restituer intégralement les données, fichiers informatiques et tout support d’information relatif à ces données.
Cet engagement de confidentialité, en vigueur pendant toute la durée de ses fonctions, demeurera effectif, sans limitation de durée après la cessation de ses fonctions, quelle qu’en soit la cause, dès lors que cet engagement concerne l’utilisation et la communication de données à caractère personnel.
L’agent a été informé que toute violation du présent engagement l’expose à des sanctions disciplinaires et pénales conformément à la réglementation en vigueur, notamment au regard des articles 226-16 à 226-24 du code pénal.

Allo docteur !

A l’heure de la crise sanitaire liée au coronavirus, l’Association des Médecins Généralistes de Toul et du Toulois (AMGTT) apporte son soutien au suivi médical des habitants du territoire et répond aux interrogations liées à cette crise sanitaire.
Pour vous aider à comprendre ce virus et à quel moment consulter ou appeler votre médecin-traitant voici quelques questions-réponses autour de la prise de la prise en charge des malades aux symptômes multiples liés au Covid19, des pathologies chroniques à ne pas négliger et enfin de la politique de santé publique.

Docteur, j’ai dû prendre un coup de froid, est-ce que je peux quand-même vous déranger ?
Les « coups » de froid n’existent pas ! Les symptômes du COVID 19 à leur début sont très souvent bénins mais ce n’est pas que de la fièvre et de la toux : prenez toujours notre avis ! Nous pourrons simplement vous conseiller par téléphone, programmer une téléconsultation ou vous consulter dans des horaires spécifiques avec toutes les précautions nécessaires. Et si nécessaire, nous vous orienterons vers des confrères spécialisés ou les services dédiés.

Docteur, je n’ose pas venir vous voir car vous avez des préoccupations plus importantes que moi. Pourtant, j’ai des symptômes pas comme d’habitude !
Là encore, il vous faut en référer à ce que nous sommes comme médecin de famille. Appelez-nous et, selon le cas, nous pourrons vous rassurer, organiser une consultation ou programmer un bilan. Cela vous et nous évitera, à la sortie du confinement, d’avoir à gérer des mauvaises surprises ou des maladies graves à prendre en charge avec retard.

Docteur, c’est la consultation du 9ème mois pour mon bébé, j’ai peur de venir et que soyons contaminés. Je ne sais pas quoi faire ?
Les consultations pédiatriques du jeune enfant doivent être maintenues, et de façon plus générale, nous n’avons jamais été aussi conscients que la médecine ne peut pas se résumer à un système de soins curatifs.
Quoi qu’il en soit, nous avons organisé notre temps et notre espace de travail pour la protection de tous, y compris pour nous-mêmes et nos familles.

Docteur, je suis suspect de COVID19 ou j’ai été testé positif, qui assurera mon suivi ?
Notre profession est d’assurer ce suivi : en fonction de vos facteurs de risque et de la sévérité de l’atteinte, sont possibles téléconsultations, interventions d’une infirmière à domicile, consultations au cabinet et selon des conditions spécifiques de protection sanitaire qui vous seront indiquées. Une hospitalisation peut être nécessaire en fonction de la gravité de l’atteinte ou de vos facteurs de risque, ce que vous savez déjà !

Docteur, je ne suis pas malade mais j’ai mon traitement à renouveler, que dois-je faire avec ma tension, mon artérite et mon diabète ?
En fait ce que vous appelez « renouvellement » est toujours pour nous le temps d’une réévaluation de votre santé. Ainsi à l’issue de l’ordonnance précédente, prenez contact et nous ferons le point ensemble et, si nécessaire, avec un membre de votre famille.
De façon dérogatoire, votre pharmacie peut vous délivrer votre traitement mensuel habituel et uniquement mensuel habituel : nous devrons cependant en être informé et donner notre accord.

Docteur, je suis angoissé à cause de tout ce qu’on raconte sur le coronavirus et je ne dors plus !
C’est normal, cette anxiété ! Sans elle, vous seriez en danger et nous serions tous encore plus en danger ! Pour autant, l’anxiété peut devenir un symptôme quand elle déborde et envahit le jour et la nuit. Alors là aussi, appelez-nous !

Docteur, la vie était déjà compliquée avant mais, avec les trois enfants coincés à l’appartement, c’est vraiment dur, et puis mon mari a failli me frapper hier soir, il avait caché une bouteille de vodka !
Encore là aussi, appelez-nous, cela s’appelle de la médecine générale ! Une pandémie peut faire apparaître encore plus les aspects positifs et négatifs de ce que vous êtes et de ce que nous sommes !

N’hésitez donc pas à contacter votre médecin pour toutes questions liées à votre santé ou celle de vos proches !
En cas d’urgence, de malaise ou de difficultés respiratoires importantes, appelez le 15.
Si vous êtes sourds ou malentendants, faîtes le 114.
En cas de situation d’enfance et adolescence en danger, appelez le 119.
Si il y a violences conjugales, appelez le 3919.
Le numéro du SAMU Social est le 115.

JPEG - 1.7 Mo